RokSlideshow 5

Moustapha Samih El-Solh nommé chevalier de la Légion d’honneur par décret du président français


Le consul honoraire du Liban à Monaco, Monsieur Moustapha El-Solh, faisant partie des personnalités distinguées par la France,  a reçu le 8 juillet 2016 des mains de l’ambassadeur de France à Monaco, Monsieur Hadelin de la Tour du Pin, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.


Cette éminente distinction française vient récompenser le consul pour son persévérant engagement au service de la France, de ses relations diplomatiques, de son rayonnement culturel et de son développement économique.

Nombreuses et variées sont les activités industrielles dans lesquelles M.El-Solh s’était pleinement investi, depuis 1996. Les télécommunications, la promotion immobilière, les marchés financiers, le prêt-à-porter et l’industrie textile, en font partie.

La cérémonie, réservée aux parents et aux proches,  s’est tenue au Yacht Club de Monaco, et a regroupé, autour du consul du Liban et de sa famille, des personnalités libanaises, françaises et monégasques, et surtout, beaucoup d’amis.
On notait la présence du prince Albert II de Monaco, de l’ex-Premier ministre du Liban, Monsieur Najib Mikati et de son épouse, du ministre des Affaires étrangères libanais, Monsieur Gebran Bassil, du chef du gouvernement monégasque, le ministre d’État Monsieur Serge Telle ; et bien d’autres encore. 

Moustapha El-Solh siège par ailleurs au conseil d’administration de plusieurs entités; et plus particulièrement, au Conseil stratégique pour l’attractivité de Monaco (CSA), et, depuis 2009, il préside aux destinées de l’Association des consuls honoraires de Monaco (ACHM), une organisation très influente, fédérant les consuls en Principauté.  

Toutes ces compétences, appuyées par un vaste réseau de contacts  internationaux tissé au cours des années, par Moustapha El-Solh, ont contribué au renforcement des relations bilatérales et multilatérales de la France avec l’ensemble des pays et des grandes organisations à travers le monde.


Moustapha El-Solh est Chevalier de l’Ordre de Saint Charles monégasque, une haute distinction décernée par le prince Albert II ; et détient une décoration du roi de Suède, Charles XVI Gustave, pour sa contribution à la Fondation du scoutisme mondial. 


 
Le 72ème anniversaire de l’Indépendance du Liban


Toute la communauté libanaise de Monaco, ainsi qu’un grand nombre d’amis et d’officiels monégasques à leur tête S.A.S. le Prince Albert II, se sont rassemblés le lundi 23 novembre 2015 autour du Consul honoraire du Liban à Monaco, Moustapha El-Solh, et de son épouse Souad, afin de célébrer la Fête nationale du Liban. La soirée, empreinte d’émotion et de solennité s’est déroulée dans le prestigieux cadre du Musée océanographique de Monaco, un bâtiment emblématique de la Principauté, dédié à la mer.

Pour ce 72ème de l’Indépendance du pays, le Consul avait choisi pour thématique : l’Esprit libanais, qui marque tous ceux qui se rendent au Liban ainsi que les pays qui accueillent sa diaspora et ses ressortissants.

Etant donné le vaste domaine de compétence de cet Esprit singulier, génie libanais, le Consul a souhaité- la commémoration nationale s’y prêtant- le faire s’exprimer dans le champ de l’Art, à travers trois disciplines : la Photographie, la Gastronomie et la Musique, associant ainsi, pour l’ensemble des convives, le plaisir des yeux et des oreilles à celui du palais. Afin d’y parvenir, il a fait appel à l’immense talent du jeune photographe Clément Tannouri, à l’expérience de Mike Nassar en matière de gastronomie et au virtuose musical Jean-Marie Riachi qu’on ne présente plus au niveau local ou international.

Au cours de l’événement, une place de choix fut également accordée à la jeunesse du Liban et à l’éducation. Et c’est dans l’objectif de soutenir des étudiants libanais distingués par un cursus d’excellence mais défavorisés financièrement, qu’une annonce d’un programme de bourse dénommé « Future Leaders Scolarship » a été faite par le Consul, et immmédiatement traduite par la signature d’une Charte de Partenariat entre la Communauté, représentée par le Consulat, et le campus de Menton de Sciences Po, représenté par le directeur général de l’IEP, Frédéric Mion. Cette bourse ouvre la possibilité à des étudiants méritants, venus de tous les milieux du pays, quels que soient leur sexe, leur religion ou leur culture, et ayant été admis à Sciences Po Menton, de venir en France poursuivre le programme universitaire de trois ans débouchant sur un Bachelor dégrée de Sciences Po.

Au cours de cette manifestation, ouverte sur un cocktail servi par le nouveau restaurant libanais de Monaco, Oliban, et clôturée par un spectacle musical interprété par l’orchestre de 12 musiciens de J.M.Riachi, accompagné de la grande chanteuse Abir et par le chanteur Jazzy, plusieurs orateurs se sont succédé à la tribune dans un espace décoré pour l’occasion par les magnifiques photos du Liban réalisées par Clément Tannouri.

L’allocution prononcée par Moustapha El-Solh fut très applaudie. Après avoir mis l’accent sur le thème choisi pour la célébration, le Consul est revenu, dans son message à la communauté, sur le programme de bourses signé, et sur les vingt ans du consulat depuis sa nomination par le gouvernement libanais, en 1996.

Lors de son intervention, le Consul a adressé une pensée émue aux victimes des attentats qui ont endeuillé Beyrouth, Paris et le Mali.

Un autre moment fort de la cérémonie fut la remise par deux enfants de la communauté libanaise d’un drapeau de leur pays au Prince Albert. Dessiné par eux, ces jeunes, au nom de la jeunesse libanaise de Monaco avaient écrit dessus leur attachement au Souverain et à Sa famille.

Les 450 convives qui comptaient dans leurs rangs plusieurs grands dignitaires politiques et religieux dont le ministre d’État, Michel Roger, le représentant de l’Archevêque de Monaco Mgr Bernard Barsi, le président de Conseil national, Laurent Nouvion, l’ensemble des conseillers du gouvernement princier, le doyen du Corps diplomatique et consulaire, Hadelin de la Tour du Pin, ainsi que Philippe Narmino, Ghadi KHOURY, Chargé d’affaires, ambassadeur p.i. du Liban en France, Hala KEYROUZ, Consul général du Liban à Marseille, et beaucoup d’autres encore, ont pu assister à un programme varié, ponctué de messages à l’attention de la communauté, dans une ambiance de grande convivialité.



Cliquez ci dessous pour accéder à la galerie :


 
Grand Prix historique du 8 au 11 mai 2014


Le consul honoraire du Liban à Monaco, Moustapha El-Solh, a tenu à être personnellement présent au stand de l’écurie Cedar Racing Team afin de féliciter l’équipe et encourager son pilote, le gentleman-driver, Docteur Grégoire Audi, qui courait au volant d’une Shadow DN5 1975 aux couleurs du Liban lors de cette 9ème édition du Grand Prix historique de Monaco.


Le pilote dentiste libanais, un grand passionné de voiture de course et qui participait pour la première fois à cette épreuve historique, avait fait ses débuts en circuit historique en 1990 et avait remporté, à plusieurs reprises, le championnat d’Europe des 2 litres. Bravo aux Libanais qui hissent haut l’image de notre pays.


 
12 mars 2014 - Visite du Premier Ministre du Monténégro en Principauté de Monaco

Le 12 mars 2014, le Premier ministre du Monténégro, S.E.M. Milo Dukanovic, se trouvant en visite de travail à Monaco, a reçu en audience privée le consul du Liban Moustapha El-Solh, en sa qualité de président de l’Association des consuls honoraires de Monaco.
À l’issue de ce rendez-vous qui a permis de présenter l’organisation consulaire et son rôle actif au sein de la société monégasque et à l’échelle des relations internationales de la Principauté, le dirigeant monténégrin et la délégation de haut niveau qui l’accompagnait furent les invités du président El-Solh au déjeuner organisé au Grill de l’hôtel de Paris.

Rejoints par un nombre d’acteurs influents de la vie politique et économique de la Principauté, les délégations monténégrine et ACHM, ont mis à profit cette rencontre afin de mieux faire connaître les spécificités et les atouts des deux pays, en vue de liens futurs plus forts et plus amicaux.


 
Le 70ème anniversaire de l’indépendance de la République libanaise

Toute la communauté libanaise de Monaco, ainsi qu’un grand nombre d’amis résidents étaient rassemblés le lundi 25 novembre 2013 autour du Consul honoraire du Liban M.Moustapha El-Solh et son épouse pour commémorer le 22 novembre 1943, date à laquelle le Liban a acquis son indépendance.
Pour ce 70ème anniversaire de la Fête nationale du pays, l’émotion et la solennité étaient au rendez-vous dans le magnifique salon Belle Époque de l’hôtel Hermitage ; et les 400 convives qui comptaient dans leurs rangs plusieurs grands dignitaires politiques et religieux dont le Premier ministre du Liban, S.E.M. Najib Mikati - accompagné pour l’occasion de son épouse-, le représentant officiel de S.A.S. le Prince Albert II, S.E.M. Jacques Boisson, le ministre d’État, S.E.M. Michel Roger et l’Archevêque de Monaco, Mgr Bernard Barsi, ont pu assister à un programme varié, dans une ambiance de grande convivialité.

Le point d’orgue de cette célébration fut le message adressé par le Premier ministre libanais qui a pris la parole pour exprimer sa reconnaissance à la Principauté et son soutien aux Libanais de Monaco en passant par les difficultés que traverse la région et la politique de distanciation adoptée par le gouvernement libanais afin d’épargner essentiellement au pays la contagion de la crise syrienne. Auparavant, le Consul honoraire Moustapha El-Solh, avait, dans un discours très applaudi, évoqué le renouveau culturel du Liban en soulignant l’importance de la diversité qui caractérise le pays et en saluant le rôle déterminant de la femme dans la société. Les autres temps forts de la soirée - la bénédiction de Mgr Barsi, les hymnes nationaux libanais et monégasques chantés par la chorale de la Cathédrale de Monaco sous la direction de M. Pierre Debat, le documentaire sur le Liban et finalement le récital surprise du jeune chanteur libanais Anthony Touma, finaliste à The Voice 2013 -, ont été très appréciés par les invités.

Il est à noter que le documentaire de 10 minutes, produit par la chaîne libanaise MTV, projeté à l’issue des interventions du Consul honoraire du Liban et du Premier ministre libanais, est revenu en images sur le thème central de la soirée, longuement développé dans le mot de Moustapha El-Solh : la renaissance culturelle du Liban qui trouve sa plus belle expression dans les domaines de l’art, la littérature, le théâtre, le cinéma, l’architecture, la mode et la musique avec des figures de proue mondialement connus comme l’écrivain Amine Maalouf, membre de l’Académie française et Prix Goncourt, le compositeur oscarisé Gabriel Yared, le couturier Elie Saab, le dramaturge Wajdi Moawad, la cinéaste Nadine Labaki, les chanteur Mika et Shakira…



Cliquez ci dessous pour accéder à la galerie :



 
Exposition Photomed au Musée océanographique de Monaco

La photographie libanaise est à l’honneur à Monaco du 12 au 28 novembre 2013 : L’inauguration du 11 novembre de l’exposition Photomed au Musée océanographique de Monaco a rassemblé de très nombreuses personnalités et a permis de découvrir les œuvres de talents reconnus comme Fouad El Khoury et Tony Hage ainsi que celles de sept jeunes espoirs libanais de la photographie.

Coparrainée par l’Ambassade de France et le Consulat honoraire du Liban à Monaco, et se tenant en Principauté, sous le haut patronage de S.A.S. le prince souverain, cette manifestation se veut l’expression du lien culturel historique entre la France, Monaco et le Liban. Elle constitue par ailleurs la première étape des célébrations du 70è anniversaire de l’Indépendance du Liban à Monaco dont le point d’orgue sera la réception du 25 novembre donnée par le Consul honoraire du Liban M. Moustapha El-Solh et son épouse, à l’Hôtel Hermitage.


Cliquez ci dessous pour accéder à la galerie :

 
M. le Ministre d'Etat reçoit des représentants de la Communauté Libanaise

Dans le cadre des liens historiques forts entre Monaco et le Liban et étant donné le rôle déterminant que jouent les Libanais dans la vie de la Principauté, le ministre d’État, S.E.M. Michel Roger, a reçu, dans sa résidence, une cinquantaine de Libanais largement impliqués dans la vie économique, culturelle et sociale monégasque. Le cocktail, organisé dans les jardins de l’Hôtel du gouvernement, a donné aux invités l’occasion d’échanger avec le ministre et les officiels présents à la réception, des idées sur des sujets variés touchant de près la communauté et ses préoccupations.

Auparavant dans leurs discours, le ministre d’État et le Consul honoraire du Liban, Moustapha El-Solh, avaient souligné l’engagement remarquable de la communauté libanaise en Principauté, cette formidable terre d’accueil qui, depuis le milieu du siècle dernier et grâce aux liens particuliers de la famille princière avec le pays du Cèdre, entretient avec le Liban des relations empruntes de respect et de cordialité.

En signe de reconnaissance, le Consul honoraire a offert au ministre d’’Etat monégasque, une œuvre originale de l’artiste libanais André Kelfayan.

Cliquez ci dessous pour accéder à la galerie :

 
Sae Lis’ (et le Liban) médaille d’argent à Nice

La pétillante Sae Lis’ a offert hier au Liban, dans le cadre des 7es Jeux de la francophonie à Nice, la médaille d’argent dans la catégorie chansons. La veille, à l’annonce de son nom lors de la demi-finale, la jeune chanteuse libanaise avait explosé de joie avant de fondre en larmes.


Pour Sae Lis’, c’était là une vitrine audiovisuelle extraordinaire, une reconnaissance de son talent alors qu’elle se mesurait aux candidats venant de l’Autriche, du Burkina Faso, de Haïti et du Rwanda.


Il y a deux jours, la journée était morose pour les artistes libanais. En littérature, Valérie Cachard devait se contenter d’une mention spéciale. En quart de finale de danse hip-hop, le groupe Makriss Dance Ministry était battu par le Congo Brazzaville. Mais l’espoir a de nouveau soufflé en direction du Liban: cinq finalistes pour une compétition opposant dix-huit artistes et groupes quatre jours durant dans la catégorie...


«Je vous souhaite de vivre de la musique jusqu’à votre dernier souffle. Vous êtes des artistes, le souffle battant du monde, c’est vous!», s’est exclamé Frédéric Loison, responsable de la catégorie chanson aux Jeux de la francophonie.


Une robe seventies rouge à pois blancs ourlée de tulle, un visage mangé par une flamboyante boule de cheveux et le pas swinguant naturellement comme monté sur ressort: telle est apparue, mardi après-midi, l’auteure-compositrice-interprète Sae Lis’ sous les ors de l’Opéra de Nice! Tout juste trente ans et déjà dix années de scène professionnelle derrière elle, la jeune femme, entourée de deux musiciens, a immédiatement démarré sa performance par Un tango à Beyrouth. Le parterre est clairsemé, mais au cinquième rang, son père venu du Togo et sa mère descendue du nord de la France sont là, expressément, pour l’encourager, comme la vingtaine de Libanais de la Côte d’Azur venus renforcer la délégation déjà présente.





Avant Sae Lis’, le compétiteur sénégalais a occupé la scène avec trois chansons. Sae Lis’ relèvera le défi en en interprétant cinq, un record dans les vingt-cinq minutes imparties à chaque chanteur sous peine de disqualification.

Le jury, composé de professionnels de la musique des cinq continents, attache une vigilance particulière au strict respect des règles et juge l’interprétation, la composition musicale, le texte et la présence scénique. Ça tombe bien! Très vite, le trio emporte le public dans son sillage, l’ambiance est au rendez-vous et l’énergie développée sur scène fait écho dans la salle.

Karim Khneisser, au départ, ingénieur du son, passe de la guitare à l’overtone flûte slovaque tout en gardant les pieds sur la batterie électrique...Autodidacte génial, l’artiste maîtrise une trentaine d’instruments! À ses côtés, Raja Fallah au oud et à la guitare basse apporte l’oriental touch et l’expertise fluide de ses huit années de conservatoire. Sae Lys’ enchaîne les titres, La Tête dans les nuages, qui figure sur son premier opus The Quest, la seule chanson écrite avant les Jeux, Y’a du soleil, Débarrasse-toi de ton ego, et celui qui devrait rapidement exploser à la lumière tant la reprise immédiate par le public augure d’un beau succès Bétonville !

Sae Lys’ se dévoile artiste engagée et responsable, «Beyrouth, jadis un paradis, te voilà conquis, asservi... les tours se lèvent et s’empilent... les gratte-ciel t’envahissent. Appel à tous les civils, rassemblons-nous dans la ville... Oh Bétonville.»


 
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 3
Goto Top